La diversité de L’afrique

Géographie 5ème

Françoise MOREDA

Manuel Hatier  

Contrat : A la fin de ce chapitre, je suis capable :

  • localiser, identifier les climats, énumérer leurs caractéristiques et les associer à la végétation correspondante
  • sur une carte, délimiter les groupes humains ainsi que les principales religions d’Afrique
  • localiser les foyers de peuplement, les déserts humains et expliquer l’inégalité du peuplement africain
  • localiser et nommer sur une carte les principales métropoles africaines
  • commenter l’évolution démographique du continent depuis 1950 jusqu’à aujourd'hui
  • présenter les grandes inégalités du développement en Afrique
  • citer tous les chiffres et pourcentages importants du continent africain (superficie, population, densité, PIB moyen…)

" ………………………………………………………………………………………

Programme : La diversité de l’Afrique

Les discontinuités du peuplement et sa diversité ethnique et culturelle liées ici plus qu’ailleurs à la zonalité bioclimatique sont présentées à partir de cartes. Le poids de l’histoire ancienne et récente est mis en évidence. Le rappel du rôle du milieu s’appuie sur les acquis de la classe de sixième. La différenciation des grands ensembles régionaux est analysée comme le résultat de l’ensemble de ces facteurs.

Repères géographiques : carte bioclimatique ; carte de la répartition de la population et des principales villes de l’Afrique ; carte des États et des grands ensembles régionaux de l’Afrique.

  1. Quels sont les milieux africains ?

Doc 2 p 194 + 3 et 4 p 195 : De la mer Méditerranée ou du cap de Bonne-Espérance vers l’équateur, se succèdent des milieux divers :

    Milieu

    Climat

    Végétation

    méditerranéen automne et hiver doux et pluvieux, été chaud et sec 

    Al -Djazaïr

    Garrigue *: formation végétale méditerranéenne basse, ouverte, laissant des plaques de sol nu, qui pousse sur un sol calcaire.

    Forêt de chênes verts dégradée

    désertique Sec et chaud toute l’année = aridité

    Assouan

    Absence de végétation sauf dans les oasis
    tropical Chaud avec une saison des pluies et une saison sèche

    Niamey

    Steppe * ou savane *
    équatorial chaleur et humidité toute l’année

    Yaoundé

    Forêt dense toujours verte

     

  1. Quel est le poids de l’histoire dans l’évolution actuelle du continent africain ?

Carte 7 p 162 + questions du Magnard :


 
 
 
 
 
 
 
  1. D’après la légende de la carte, qu’est-ce que la traite ? Pendant combien de siècles a-t-elle eu lieu ?
  2. Au total, combien d’Africains ont été enlevés à l’Afrique ? Quelles ont été les conséquences de la traite pour les régions concernées ?

Du XVIème au XIXème siècle, le commerce des esclaves (= la traite des Noirs) fut pratiqué par les Arabes et les Européens. Ces derniers recherchaient de la main-d’œuvre pour leurs plantations * américaines.

La traite a ralenti la croissance démographique de certaines régions.
 

Doc 3 p 197 + question : Au XIXème siècle, les grandes puissances européennes comme la France ont entièrement colonisé l’Afrique. Les frontières ont été découpées sans tenir compte des populations (doc 2 p 196).
 

Doc 4 p 197 + question : Aujourd'hui, tous les États africains sont indépendants.

Doc 5 et 6 p 197 + question : Les anciennes frontières coloniales sont parfois contestées. Elles sont source de conflits entre pays et de guerres civiles, surtout quand des ethnies rivales ont été regroupées dans le même État.
 
 

  1. Comment expliquer la répartition de la population ?

Avec seulement 720 millions d’habitants pour 30 millions de km², l’Afrique est un continent peu peuplé. La densité moyenne est faible : 23 hab. / km².
 

Carte p 188 + questionnaire (en cours ou à la maison) :
 

Des " vides " et des " pleins " : la part de la nature

a. A quel milieu correspondent les deux grands " vides " humains (moins de 2 hab./km²) ?

b. Quel est le point commun des foyers de population (fortes densités, supérieures à 50 hab./km²) qui s'étendent de Casablanca (Maroc) à Tunis (Tunisie) et de Dakar (Sénégal) à Lagos (Nigeria) ?

c. Comment expliques-tu l'existence d'un foyer de population de Khartoum (Soudan) à Alexandrie (Égypte) ? Retrouves-tu ce même phénomène autour du fleuve Zaïre ? Quel élément du milieu explique ce vide autour du fleuve ?

d. A quels milieux correspondent les foyers de population situés autour d’Addis-Abeba (Éthiopie) et autour des lacs d’Afrique de l'Est ?
 
 

Sa population est très inégalement répartie.

Les principaux foyers de peuplement sont situés sur les littoraux : côtes du Maghreb, du golfe de Guinée et de l’Afrique australe.

A l’intérieur des terres, les régions de forte densité se trouvent le long des fleuves (Niger, Nil) ou dans les régions montagneuses de l’Ethiopie et des Grands Lacs

Les zones de faible densité correspondent aux zones de climat aride ou désertique (Sahara, Kalahari).

La forêt équatoriale est peu peuplée parce que les contraintes naturelles sont fortes (climat chaud et humide)
 
 

Travail à la maison : Faire la carte de la répartition de la population

Patate bleue : Déserts humains liés aux milieux contraignants

Foyers de population :

Rouge : liés aux espaces côtiers

Orange : Liés à un fleuve

Jaune : Liés aux montagnes de l’Est
 
 

Dossier p 192 / 193 : L’Afrique est souvent appelée le continent noir. Pourtant seulement 60 % des Africains ont la peau noire. Ils sont installés au sud du Sahara et divisés en de multiples ethnies *. Ils sont souvent chrétiens ou animistes *.

Les Blancs sont 30 %. Ils vivent au nord et sont majoritairement musulmans. Au sud, il y a des minorités.
 

  1. La répartition de la population est-elle modifiée par l’explosion démographique ?

Doc 1 p 200 + question : En 25 ans, la population africaine a été multipliée par 2. L’Afrique est le continent qui connaît la plus forte croissance démographique *.

Doc 2 p 200 + question : Cette augmentation de la population est due au maintien d’un taux de natalité élevé alors que le taux de mortalité * recule grâce aux progrès de l’hygiène et à la diffusion de la médecine. Mais la mortalité infantile reste importante.

Ä plus de la moitié des Africains a moins de 20 ans.

Il faut donc construire sans cesse des maisons, des écoles, des hôpitaux pour la population qui augmente, trouver de la nourriture et des emplois nouveaux.

TM ?: Exercices 7 et 8 p 208
 
 

Dossier p 202 / 203 : La croissance des villes est très rapide. Elle est surtout due à l’exode rural. Une grande partie de cette population nouvelle occupe des bidonvilles. Cependant, l’Afrique demeure encore un pays principalement rural (60 % de la population).

Exode rural : départ des habitants des campagnes vers les villes.
 

  1. Pourquoi l’Afrique est-elle le plus pauvre des continents ?

P 189 + questionnaire (en cours ou à la maison) :

  1. Quelles informations utilise-t-on pour calculer l’indice de développement humain ?
  2. Compare le niveau de développement de l’Afrique à celui de la France (0,93) : que constates-tu ? Où l’I. D. H. est-il le plus élevé en Afrique ?
  3. On appelle P. M. A. (Pays les moins Avancés) les pays qui ont un I. D. H. très faible (inférieur à 0,30) : à quelle partie de l’Afrique correspond le groupe le plus nombreux de ces pays ?
  4. Quelles parties de l’Afrique échappent à la famine ? Combien de pays en souffrent ?
  5. A l’aide des documents des pages 198 / 199 , propose des explications aux difficultés du continent africain.

L’indicateur de développement humain (IDH) est calculé à partir de :

  • l’espérance de vie
  • le taux d’alphabétisation des adultes et le nombre d’années d’études
  • le PIB par habitant

Le niveau de développement, mesuré par l’indicateur de développement humain (IDH) reste faible, surtout dans les Etats du Sahel, de l’Afrique de l’Est. Ces régions sont touchées par la famine

En revanche, les Etats du Maghreb et de l’Afrique australe ont un niveau de développement moyen.
 
 

Ces difficultés sont dues :

  • aux méthodes agricoles ancestrales : faibles rendements *
  • à la quasi - absence d’industries malgré des richesses minières et pétrolières (exploitées par des sociétés étrangères)

Conclusion : Les espaces régionaux en Afrique p 204 / 205 + questions
 

Carte de synthèse : Les grandes régions de l’Afrique
 

Les Etats de l’Afrique australe :

relativement riches, avec un IDH moyen ; influences chrétiennes.  

Les Etats de l’Afrique du Nord :

relativement riches, avec un IDH moyen ; peuplement blanc ; influence arabo-musulmane. 

Les Etats de l’Afrique humide du golfe de Guinée :

en développement, avec un IDH moyen ; influence chrétienne, musulmane.  

Les Etats de l’Afrique orientale :

majoritairement pauvres, avec un IDH faible ; influence arabo-musulmane.  

Les Etats de l’Afrique centrale :

pauvres, avec un IDH faible ; influence chrétienne.  

Les Etats de l’Afrique sahélienne et de l’Ouest :

très pauvres, avec un IDH très faible (sauf Sénégal) ; influence musulmane.  
 

La démarche du géographe : Analyser une carte de répartition de la population  

  1. Présenter la carte
    Précisez le titre de la carte, qui indique son sujet et l’espace représenté, le type de carte, les unités utilisées dans la légende.
     
     
  2. Observer la carte pour repérer les faits principaux

Relevez les régions où les points sont très serrés, c'est-à-dire où les hommes sont très nombreux. Placez un calque sur la carte, entourez ces régions d’un trait rouge.

Relevez les régions où les points sont très espacés, c'est-à-dire où les hommes sont peu nombreux. Placez un calque sur la carte, entourez ces régions d’un trait bleu.  

  1. Nommer les régions repérées à l’aide de la nomenclature géographique

(= ensemble des termes géographiques : noms des régions " naturelles ", noms des Etats, etc. qui permettent de nommer les faits repérés)

Sur un calque, portez en rouge le nom des régions fortement peuplées, en bleu le nom des régions faiblement peuplées.

Quelles régions sont fortement peuplées ? Où se situent-elles sur la carte ?
   

Des " vides " et des " pleins " : la part de la nature

a. A quel milieu correspondent les deux grands " vides " humains (moins de 2 hab./km²) ?

b. Quel est le point commun des foyers de population (fortes densités, supérieures à 50 hab./km²) qui s'étendent de Casablanca (Maroc) à Tunis (Tunisie) et de Dakar (Sénégal) à Lagos (Nigeria) ?

c. Comment expliques-tu l'existence d'un foyer de population de Khartoum (Soudan) à Alexandrie (Égypte) ? Retrouves-tu ce même phénomène autour du fleuve Zaïre ? Quel élément du milieu explique ce vide autour du fleuve ?

d. A quels milieux correspondent les foyers de population situés autour d’Addis-Abeba (Éthiopie) et autour des lacs d’Afrique de l'Est ?  

  1. Quelles informations utilise-t-on pour calculer l’indice de développement humain ?
  2. Compare le niveau de développement de l’Afrique à celui de la France (0,93) : que constates-tu ? Où l’I. D. H. est-il le plus élevé en Afrique ?
  3. On appelle P. M. A. (Pays les moins Avancés) les pays qui ont un I. D. H. très faible (inférieur à 0,30) : à quelle partie de l’Afrique correspond le groupe le plus nombreux de ces pays ?
  4. Quelles parties de l’Afrique échappent à la famine ? Combien de pays en souffrent ?
  5. A l’aide des documents des pages 198 / 199 , propose des explications aux difficultés du continent africain.


Le drame du Rwanda et du Burundi

 Le Rwanda et le Burundi sont depuis 1994 déchirés par la guerre civile. Celle-ci oppose deux ethnies, les Hutus et les Tutsis, qui représentent respectivement 85 % et 13 % de la population.

En avril 1994, les extrémistes Hutus ont entrepris de massacrer la minorité tutsie ;des tueries réciproques dans les deux pays ont contraint plus de deux millions de personnes à l'exode.

Comment expliquer l'explosion d'une telle violence ?
 

Doc 1 : Le Rwanda et le Burundi, dans la région des Grands Lacs Doc 2 : La guerre, conséquence d'une crise de surpeuplement
 
 

Les deux très petits États que sont le Burundi et le Rwanda surprennent par leur quasi totale ruralité et leurs exceptionnelles densités (202 habitants par km' pour le Burundi, 282 pour le Rwanda), densités alourdies par une croissance démographique très rapide. Ils relèvent ce défi dans la désunion, voire dans l'hostilité. Les conflits pour la terre s'accentuent (…). Faible encore, le nombre des sans-terre va croître vite (…).

La guerre ethnique qui marque depuis 1994 les deux pays ne traduit-elle pas (…) une situation de désespoir, où des paysans voient dans la mort d'autres paysans l'espérance d'une terre plus vaste ? Les tueries ne seraient-elles pas le reflet d'un surpeuplement mal vécu ?
 
 
 

D'après J.-P Raison, Géographie universelle, " Les Afriques au sud du Sahara ", Belin-Reclus, 1994

Doc 3 : Comment l'Histoire explique-t-elle la guerre ?

Au Rwanda, la minorité tutsie, qui exerçait le pouvoir lors de l'arrivée des Européens à la fin du 19ème siècle, s'était vue renforcée dans son autorité par le pouvoir colonial.

À la fin des années 1950, alors que les élites tutsies étaient tentées par l'indépendance, le colonisateur belge et surtout l'Église catholique changèrent soudain de camp (…). Les Belges décidèrent de soutenir les représentants de la majorité hutue. Ces derniers, en 1959, 1960 et 1962, chassèrent du pays les Tutsis déjà qualifiés d'étrangers. Les huttes furent brûlées (…), des familles jetées à la rivière : l'indépendance du pays se construisit sur cette notion d'ennemi intérieur.

D'après C. Braeckman, Le Monde Diplomatique, 1995

1. Doc. 1 : Dans quelle région de l'Afrique se situent le Rwanda et le Burundi ?

2. Doc. 2 : A quel " défi " sont confrontés le Rwanda et le Burundi ? Quelles en sont les conséquences actuelles ?

3. Doc. 3 : Qui étaient les colonisateurs au Rwanda ? Quelle ethnie ont-ils d'abord soutenue ? Puis quelle autre ? Y a-t-il eu des tueries avant 1994 ? À l'indépendance, quelle ethnie a pris le pouvoir ? Quelle autre fut désignée comme " l'ennemi intérieur " ?

4. Doc. 2 et 3 : Citez les principales causes de la guerre.

5. Doc. 1 : Quelles sont les conséquences de la guerre pour la population ?
 

Devoir de géographie n°1 : La diversité de l’Afrique
 

Exercice 1 : Identifier des milieux
 

  1. Quels sont les noms des lignes imaginaires numérotées 1, 2 et 3 ?
  2. A quelle lettre sur la carte correspond chacun des groupes de mots suivants ( à une couleur correspond plusieurs groupes de mots)
  • climat chaud avec une saison des pluies et une saison sèche
  • végétation méditerranéenne
  • climat chaud avec des pluies abondantes toute l’année
  • savane et steppe
  • climat tempéré
  • forêt dense
  • climat désertique
  • peu ou pas de végétation

Exercice 2 : Caractériser la pauvreté en Afrique  

  1. Définir les mots :
  • analphabète
  • malnutrition
  • espérance de vie
  1. Complète le tableau en indiquant dans la colonne de droite si les indices sont forts ou faibles en Afrique (par rapport au reste du monde).
  2. Espérance de vie à la naissance

     

    % d’adultes analphabètes

     

    Revenu par habitant

     

    % des mal-nourris

     
  3. Que veulent dire les initiales IDH ? A partir de quoi calcule-t-on cet indice ?


Exercice 3 : Etudier des données démographiques  

1) Donner les définitions de :
  • taux de natalité
  • taux de mortalité
  • taux d’accroissement naturel

2) Compléter le tableau.
 
 

3) Classer les pays dans l’ordre de leur accroissement naturel (du plus fort au plus faible).

4) Ces taux d’accroissement naturel sont-ils forts ou faibles par rapport à celui de la France (4% ) ?
 
 

6) En observant l’IDH du Niger et celui de l’Afrique du Sud, quel lien peux-tu faire entre développement et accroissement naturel ?
 
 

 

Pays Algérie Afrique du Sud Egypte Angola Niger
Natalité (en % ) 30 29 33 51  
Mortalité (en % ) 6 9 9   19
Accroissement naturel (en % )       25 30
IDH   0,650     0,209

Françoise MOREDA
*** 

---