INTERROGATION D'HISTOIRE,
CLASSE DE 2de
1er trimestre

pmallet@mac.com

Commentaire de textes sur la citoyenneté

TEXTE 1 :

Les avantages de la démocratie

[...]Athènes est libre: le peuple y règne; tour a tour, les citoyens,

magistrats annuels, administrent l’état. Nul privilège à la fortune:

car le pauvre et le riche ont des droits égaux dans le pays.[...]

[...]Pour un peuple, il n'est rien de pire qu'un tyran. Sous ce régime,

pas de lois faites pour tous. Un seul homme gouverne, et la loi, c'est

sa chose. Donc, plus d’égalité, tandis que sous l'empire des lois écrites,

pauvres et riches ont mêmes droits. Le faible peut répondre à l'insulte du

fort, et le petit, s'il a raison, vaincra le grand. Quant à la liberté,

elle est dans ces paroles : Qui veut, qui peut donner un avis sage à sa

patrie ? Lors, à son gré, chacun peut briller... ou se taire. Peut-on

imaginer plus belle égalité ?

Euripide (480-406), Suppliantes, trad.. G. BUDE,

Editions Les Belles Lettres.

TEXTE 2 :

L’état romain vu par Aelius Aristide au IIè siècle après J.-C.

Originaire de Mysie (contrée du Nord-Ouest de l'Asie mineure), Aelius

Aristide vécut sous les règnes d'Hadrien et d'Antonin. Outre ses Discours

sacrés, relatant sa recherche de la guérison, il composa en grec un éloge

de Rome dans lequel il rend hommage aux empereurs d'avoir diffusé la

citoyenneté romaine.

Ni la mer ni l’étendue d'un continent ne peuvent faire obstacle à

l'accession à la citoyenneté. Dans cet empire, l'Asie n'est pas séparée

de l'Europe. Tout est ouvert a tous. Il n'est personne, qui, digne de

pouvoir ou de confiance, ne reste étranger. C'est une démocratie universelle, placée sous la direction d'un seul homme, le meilleur chef [...].

[...] Vous avez fait que le nom Romain n'est pas celui d'une cité, mais

devenu celui d'un peuple unique; non celui d'un peuple parmi d'autres,

mais celui d'un peuple en face de tous les autres. Les peuples ne sont

plus divisés en Grecs et Barbares, et votre idée n'est pas absurde, selon

laquelle votre cité est plus riche en hommes que toute la race grecque.

La ligne de partage, vous l'avez établie entre Romains et non-Romains;

vous avez étendu le nom de votre cité jusqu’à cette limite. Depuis que

ce partage existe nombreux sont, dans chaque cité, ceux qui sont autant

vos concitoyens que ceux de leur propre race, et ceci bien que plusieurs

d'entre eux n'aient encore jamais vu votre cité. Il n'est d'ailleurs pas

besoin de garnisons dans leurs acropoles; en effet, partout, les hommes

les plus importants gardent pour vous leur propre patrie [...]

Aelius Aristide, éloge de Rome, LIX-LXVI, trad. d’après J.P. Martin,

le Siècle des Antonins,

Paris, PUF, 1977, pp 77-79

TEXTE 3 :

La déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen, 26 août 1789 (extraits)

Article premier 'Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits.

Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

Art. 3- Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la

nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n'en émane

expressément.

Art. 6- La loi est l'expression de la volonté générale. Tous les citoyens

ont droit de concourir personnellement, ou par leurs représentants, a sa

formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu'elle protège, soit

qu'elle punisse. Tous les citoyens, étant égaux à ses yeux, sont également

admissibles a toutes dignités, places et emplois publics, selon leurs

capacités, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs

talents.

 QUESTIONS

Identifier chaque texte en précisant sa nature, sa date, et en présentant ses auteurs.

Quels sont les critères de citoyenneté à chacune de ces époques ? Sont-ils apparents dans les documents correspondants ?

Ces textes font-ils allusion aux exclus du droit de citoyenneté ? Pouvez vous apporter des précisions ?

A qui appartient la souveraineté dans chacune des époques ? Qu'en disent les textes ?

De toutes ces conceptions de la citoyenneté, quelle est celle qui vous semble la plus proche, celle qui vous semble la plus lointaine de la notre ?

Justifiez votre point de vue en vous appuyant le plus possible sur les textes proposés.


PIERRE MALLET
***
pmallet@mac.com
***